JEUX TRADITIONNELS



TIR BEURSAULT :

 

Ce jeu traditionnel se pratique dans un « Jeu d’arc », ou Jardin d’Arc dans une Compagnie, mais peut éventuellement être organisé sur un terrain plat dans les régions (nombreuses) qui ne disposent pas de Compagnies ou de « Jeu d’arc ». Celui-ci se compose de 2 buttes (cibles) opposées et distantes de 50 mètres. Ces buttes s’appellent butte d’attaque et butte maîtresse. La surface entre les deux buttes est une allée centrale dénommée « l’Allée du Roy ». De part et d’autre de l’allée centrale se situent 2 allées de dégagements aussi appelées « Allées des Chevaliers ». La sécurité est assurée par des panneaux de bois d’environ 4 m de hauts appelés « Gardes » placés de part et d’autre et tout au long de l’allée du Roy. Les centres des blasons sont placés à un mètre du sol, ce qui correspondait à la faille dans l’armure des chevaliers.

Les tireurs sont regroupés par pelotons de 5 à 6 archers maximum. Au début du concours, chaque archer tire une flèche de la butte maîtresse vers la butte d’attaque. Ensuite il emprunte l’allée de dégagement pour rejoindre la butte d’attaque. Une fois tous les archers regroupés, ils comptabilisent leurs points.

Les archers comptent leurs points (1 flèche en cible = un « honneur » et le nombre de points correspondant en cible de 1 à 4). Le décompte terminé, ils se retournent et tirent une flèche de la butte d’attaque vers la butte maîtresse. Le jeu s’arrête après 20 « haltes » (tirs), soit 40 flèches. La première flèche se tire « couvert », c’est-à-dire avec un couvre chef sans oublier le salut traditionnel « Mesdames, messieurs les archers je vous salue ». Si la condition n’est pas respectée, le tireur est « mis à l’amende », il doit mettre de l’argent, n’importe quelle somme, dans un tronc. Le censeur qui lui présente le tronc ne doit pas regarder ce que l’archer verse au tronc sous peine de voir l’archer lui reprendre ensuite le tronc et le lui présenter à son tour.

Cette discipline est surtout pratiquée dans le Nord de la France, de l’Est de la région parisienne et en Picardie. Chaque année, un grand évènement rassemble tous les pratiquants de Tir Beursault, le « Bouquet Provincial ».


TIR A L’OISEAU (Tir à la Perche Verticale) :

 

Il faut viser différentes cibles, appelées « oiseaux » (blocs en bois surmontés de plumes), placées sur un mât de 25 à 30 mètres de haut. Ce tir est aussi appelé « Tir au Papegay » (ou « papagei ») (papagei signifie perroquet en allemand, papegaai en néerlandais (flamand)). Dans d’autres parties de la France, notamment en Bretagne, le terme consacré est « Papegault ».

Ce jeu aussi dénommé « Tir à l’Arc à la Perche Verticale », est toujours pratiqué dans le Nord de la France, en Belgique et aux Pays-Bas.

Un dérivé du « Tir de l’Oiseau » est le « Tir du Roy ». Les archers tirent toujours sur un oiseau factice en bois mesurant 1 pouce sur 2, soit environ 2,5 cm sur 5 cm, depuis une distance de 50 mètres. Celui qui touche l’oiseau sera le Roi de sa Compagnie. En plusieurs lieux, si un Roi abat l’oiseau 3 ans de suite, il est nommé Empereur à vie dans sa Compagnie. Pour les jeunes archers, le tir se fait à partir d’une distance de 30 mètres ; celui qui arrive à « tirer » l’oiseau est appelé Roitelet. Selon la tradition, le Roi doit construire lui-même l’oiseau pour le concours de l’année suivante.

Ce jeu était favorisé par le Duc de Bretagne, le Roi de France et autres suzerains car en développant l’émulation entre archers (puis arquebusiers…), il permettait de maintenir partout la présence d’hommes habiles pouvant être utiles en cas de guerre. Chaque année, le Roi du Papegault (ou Papegay…) bénéficiait de l’honneur et de la renommée mais aussi de privilèges fiscaux et notamment de la possibilité de vendre l’équivalent de plusieurs milliers de litres de vin hors taxes !


TIR AU DRAPEAU :

 

D’une distance de 90 à 125 mètres, 165 mètres ou 205 mètres, on tire 3 flèches dans une cible ronde tracée au sol, d’un diamètre de 10 mètres, avec un deuxième cercle au milieu, de 2 mètres de diamètre, qui a un drapeau au centre.

Une variante est un tir a 165 m sur une cible de 10 m de diamètre au sol. Les points sont comptabilisés a 1 point de moins par mètre qui éloigne la flèche du drapeau central. Le maximum est de 5 points au drapeau.


Source : http://fr.wikipedia.org/